Rêves et réalité: objectif motivation !

« Waw la chance j’aimerai trop être à ta place ! », « Ah si seulement je pouvais faire comme toi…! », « J’ai pas autant de chance que toi » etc, etc, etc… Depuis que j’ai décidé de partir en NZ ou même avant quand j’avais décroché un job dans une grande boîte, ce sont les phrases que j’entends à longueur de temps, et même si je n’en veux absolument pas aux personnes qui les énoncent, je tenais à faire un article là-dessus. Pour moi il n’y a pas de personne plus chanceuse ou malchanceuse qu’une autre, on décide soi-même de la direction qu’on souhaite donner à sa vie. Alors certes, certains commencent avec plus de facilités (argent, famille, travail) que d’autres, mais sachez qu’avec de la motivation TOUT est possible !!!

Je travaille depuis que j’ai 16 ans et demi (en parallèle de mes études puis à temps plein) car ma famille ne fait pas partie de ce qu’on pourrait appeler une classe aisée. J’ai des rêves depuis que je suis petite, comme tout le monde, et je fais absolument TOUT pour les réaliser. J’ai appris il y a quelques temps que la vie va beaucoup trop vite et qu’on doit se donner les moyens d’obtenir ce qu’on veut, ou qu’à défaut on n’aura jamais ce qu’on souhaite. Ce que je veux transmettre dans cet article, c’est le fait que peu importe notre classe sociale, nos origines, notre apparence ou que sais-je encore, on est tout à fait capable de se motiver et d’atteindre ses objectifs ! Je vais prendre mon exemple car c’est celui que je connais le mieux, et je pense que pas mal de personnes devraient pouvoir se reconnaitre dedans.

J’ai toujours rêvé de voyager un peu partout à l’étranger mais ma famille étant plutôt casanière, les vacances se passaient toujours dans le sud de la France, ce que je ne trouvais pas plus exotique que ça même si c’était cool. Durant des années, cette envie de partir loin pour explorer de nouveaux territoires et découvrir de nouvelles cultures a germé en moi, encore plus durant mes années universitaires. J’ai eu la chance de partir vivre à l’étranger quelques mois, et tout ça a confirmé que mon envie ultime, c’était d’explorer le monde. Le problème quand on veut beaucoup voyager, c’est l’argent. N’étant pas d’une famille riche, n’ayant pas gagné au loto et n’ayant pas encore de job stable (bah oui, le but était quand même de voyager AVANT de me poser, c’est plus simple !), j’ai dû réfléchir à la façon dont je pourrais financer mon départ. J’ai travaillé afin de mettre de côté, et j’ai eu la chance d’être dans le milieu qui me plait, à un poste plutôt sympa. Même si ce job a décalé mon départ, HEUREUSEMENT que je l’ai fait ! J’ai pu économiser tout en étant active, en apprenant de nouvelles choses, en côtoyant de nouvelles personnes, et en préparant bien mon projet de PVT.

Pour tout ceux qui souhaitent mettre de l’argent de côté afin de réaliser un/des projet(s) (l’argent est souvent le nerf de la guerre), je vous conseille de mettre votre objectif par écrit pour ne pas le perdre de vue. Ce que j’ai fait afin de réellement économiser, c’était vraiment de ne jamais oublier pourquoi je voulais tel montant. Quand j’avais envie d’un resto, fast food ou d’un nouveau vêtement, je me demandais 1) si j’en avais réellement besoin et 2) si je ne préférerai pas garder le montant que j’aurai dépensé pour faire grossir ma cagnotte. Alors oui, pour les acheteurs compulsifs ça peut être compliqué, mais si vous réussissez à garder une forte volonté tout est à portée de main 🙂

En gros, cet article n’a pas vocation à vous faire la morale, mais bel et bien à vous rappeler que vous seul êtes maître de votre vie, de votre destin, et même si ça peut paraître bête, je pense que quand on veut quelque chose, on peut l’obtenir ou du moins s’en rapprocher grandement. Si certains d’entre-vous se disent encore « Oui mais je n’ai pas le temps/l’argent/j’ai des enfants… », sachez que ce sont des excuses !!! Que vous vouliez voyager, reprendre des études, écrire un livre ou je ne sais quoi d’autre, vous pouvez !! J’espère que j’ai pu remotiver certaines personnes qui avaient un peu baissé les bras, ou bien juste vous redonner un peu la pêche au niveau de vos objectifs actuels !! D’ailleurs, quels objectifs avez-vous sur le long terme ?

Publicités

Tu sais que tu es backpacker quand…

TCela fait un peu plus d’une semaine que le couple Scintille que nous sommes est arrivé à Auckland, le fameux pays des kiwis. Nous avons décidé d’explorer le plus possible, et avons opté pour l’achat d’un van qui nous permettrait de voyager en toute liberté (ou presque !), et à moindre coût. Notre expérience en van est pour l’instant toute neuve, mais on a déjà pu constater que la vie change énormément quand tu es backpacker, et c’est assez marrant de noter ces petites choses auxquelles une personne « lambda » ne penserait pas ! Allez, on vous embarque dans les coulisses de notre vie nomade !

  1. Tu connais Camper Mate (pour ceux qui se demandent, c’est une app qui recensent TOUS les lieux utiles aux backpackers, campings, douches, etc etc)
  2. Tu sais ce que c’est de prendre une douche froide, même en plein hiver
  3. Tu dois changer tes meubles de place chaque matin et chaque nuit pour dormir
  4. Ta vie tient dans quelques sacs
  5. Tu sais qu’en cas de camping gratuit (je parle pour la NZ, le reste je ne connais pas trop) il faut être à l’endroit où tu veux camper au max à 18 heures si tu veux avoir un emplacement
  6. Tu apprends beaucoup de choses sur toi-même (que tu peux porter et vider le bidon d’eau sale de plus de 25kgs toute seule, youpiiiiii)
  7. Tu t’improvises décoratrice d’intérieur pour que ton van ressemble à quelque chose
  8. Il t’arrive de ne pas te laver plusieurs jours de suite mais tu le vis bien car tu as tes lingettes (le best friend du backpacker à mon sens)
  9. Les gens ne comprennent pas pourquoi tu pars si longtemps et pensent que tu abandonneras
  10. Tu es toujours un peu gêné quand l’administration te demande une adresse où t’envoyer tes papiers
  11. Tu as appris à vivre au jour le jour et dans un espace réduit
  12. Trouver des toilettes est LA mission la plus importante à chaque virée
  13. Tu apprends de nouvelles langues grâce à tes voisins (oui, leur fenêtre donne sur la tienne donc ça aide)
  14. Tu sais qu’il faut faire la vaisselle dès que tu as terminé de manger, sinon c’est la cata
  15. Tu te reconnais dans les points du dessus, mais que tu n’échangerai ta place pour rien au monde !!!

J’espère que ce petit article vous aura plu, pour ma part l’écrire a été très sympa vu que j’ai fait participer Monsieur pour avoir son point de vue, et qu’on a pris conscience des spécificités de notre mode de vie actuel ! Néanmoins c’est une expérience que je (on ?) recommande à tous ceux qui ont le voyage dans la peau, mais pas forcément les moyens de se payers des hotels et des billets d’avion à gogo. Le backpack, surtout en van, c’est la liberté, on choisi notre programme et on ne dépend que de nous même (et de la météo, mais ça c’est partout !). A très vite pour la suite de nos aventures… mais pas que !!

Bangkok: récap’ de notre programme

Le 4 mars (je sais je suis en retard, ne m’en voulez pas !!!) nous atterrissions avec Monsieur Scintille dans la jolie ville de Bangkok, une première pour nous deux. Direct en sortant de l’aéroport nous avons été saisis par la chaleur qui règne sur la ville, incroyable ! Néanmoins, nous avons pris sur nous, porté nos valises et sacs à dos (qui nous ont bien embêtés, vu que le sol n’est pas forcément tout lisse) et nous sommes rendus à notre hôtel, près du Thailand Cultural Center. Une fois posés, nous en avons profité pour nous reposer un peu avant d’aller faire un tour dans les environs. Nous sommes restés 5 jours et avons pu découvrir pas mal de choses… Voici notre joli programme thaïlandais, qui pourra peut-être donner des idées à certains 🙂

JOUR 1: Esplanade & Night Market

Après notre petite sieste post arrivée, nous nous sommes rendus au centre commercial Esplanade situé à quelques minutes de chez nous, et nous avons pu voir qu’il y avait en plus des boutiques « officielles » des stands formant un petit marché, très sympa pour y trouver de la nourriture ou des objects faits mains. Nous avons testé quelques spécialités sans trop savoir ce que c’était car les gens ne parlent pas trop anglais, mais en tout cas c’est très bon !

Par la suite nous nous sommes rendus au Night Market juste à côté, et là comment dire… C’était la folie !!! Des centaines de stands, en majorité de la nourriture thaïe mais aussi des vêtements, accessoires électroniques, beaucoup d’endroits où se faire faire une jolie manicure pour presque rien… c’était dément !! Ce qu’on a particulièrement apprécié: les noix de coco où l’on boit le jus directement avec une paille plantée dedans, et les pastèques qui sont vidées de leurs chairs puis remplies d’un mélange simple: chair de pastèques + glaçons. C’est hyper frais, peu sucré, tellement bon !!! Pour celles et ceux qui cherchent de la nourriture typique peu chère, c’est LE bon endroit !!!

JOUR 2: Lumphini Park & Golden Mountain

Première rencontre !!

Nous avions repéré ce parc sur internet, il était décrit comme le « Central Park » de Bangkok. Situé à une petite demie-heure de notre logement, c’est avec plaisir que nous avons rejoint ce petit coin de verdure en pleine ville. Franchement c’est assez sympa même si Monsieur s’attendait à ce qu’il y ai une sorte de zoo à l’intérieur. Pas de zoo mais des oiseaux qui ont des cris bizarres, des geckos et varans un peu partout (ça fait peur la première fois, après on les cherche du regard !) et même un chat que j’ai évidemment caressé… En plus des animaux le parc possède un lac sur lequel il est possible de faire de la barque ou du pédalo moyennant quelques baths, nous avons choisi la seconde option. C’est hyper sympa car on a pu profiter du soleil sans trop griller, et parcourir le parc tout en faisant un peu de sport (car je vous avoue que vu les prix de la nourriture, on s’en est donné à coeur joie comme vous allez le constater).

Le midi nous avons trouvé un petit resto sympa et pas touristique (on essaie de trouver des coins encore authentiques !), nous avons bien mangé pour l’équivalent de même pas 10 euros chacun… J’avais choisi un Pad thaï aux crevettes qui était bien bon, et Monsieur du porc en sauce et des nouilles, sympa aussi !

Le Pad Thaï crevettes

Après le repas nous avons pris le but en direction du Golden Mountain, un magnifique temple qui nous a réservé de belles surprises. Même si le trajet pour nous y rendre a été long, le jeu en valait la chandelle ! Arrivés à l’heure de la prière, nous avons pu assister à la cérémonie religieuse des moines, vêtus de leur tenue traditionnelle orange. Plus tard après avoir fait un tour de ce premier temple, nous avons gravi la Golden Mountain (244 marches mais ça va vite), et arrivés au sommet la vue était imprenable sur tout Bangkok !!! De plus, en haut vous avez un espace de prière ainsi que des autels, mais également des distributeurs de boissons, car oui au bout d’un moment vous commencez à avoir bien soif !!

L’ascension des 244 marches
Une des vues en hauteur

JOUR 3: Déjeuner coréen: attention aux épices !!!

Nous avons voulu tester un petit resto coréen du centre Esplanade nommé Dookki, dont le concept nous a bien plu. En gros vous choisissez vos ingrédients (c’est à volonté), vous les mettez dans un plat où il y a une sauce que vous choisissez, et vous faites cuire tout ça à la manière d’un wok sur votre table. Petite anecdote d’ailleurs, si jamais on vous demande en Thaïlande si vous aimez la sauce épicée, à moins de vraiment être fan de ce qui arrache, répondez non ! On s’est fait avoir deux fois et franchement ça gâche le plat quand on est pas habitué, personnellement j’avais la bouche en feu !!!

Le Dookki et ses woks

JOUR 4: Terminal 21 & Rooftop bar

Nous pensions qu’il s’agissait de notre dernier jour en Thaïlande, mais en fait Monsieur s’était juste trompé sur la date du billet d’avion… Donc petit tour à l’emblématique centre commercial Terminal 21. Ici, chaque étage représente une ville avec une décoration propre à cette dernière. Vous pourrez y trouver Paris, Istanbul, San Francisco… C’est vraiment très beau !!! De plus, pour ceux qui veulent faire un peu de shopping, vous y trouverez tout ce que vous voulez pour des prix encore une fois très interessants. Sachant que nos valises étaient déjà bien remplies, nous n’avons pas craqué (à part sur un Baume du Tigre).

Des terminaux, comme à l’aéroport
Etage Kyoto

Après notre escapade commerciale, direction le Speakeasy Rooftop Bar, situé au 23 ème étage si mes souvenirs sont exacts. Quand nous sommes arrivés à l’adresse mentionnée par le GPS, on s’est dits qu’on ne rentrerait pas… En effet le bar est tout en haut d’un hôtel hyper classe avec portiers, et nous étions en mode touristes en vadrouille, je vous laisse imaginer la scène ! Mais au final nous y avons étés super bien accueillis, et avons pu déguster de succulents cocktails en profitant d’une vue magique sur la ville et ses tours. C’était notre dernière soirée à Bangkok, et elle était parfaite.

Cheers !

Le lendemain nous avons quitté Bangkok en nous envolant enfin pour Auckland, où nous avons atterri après plus de 11 heures de vol. A très vite pour la suite de nos aventures !!!!

Dare the impossible Lyon: what?

Hello tout le monde ! Tout d’abord, je tiens à m’excuser du peu d’activité sur le blog ces dernières semaines. Comme vous le savez, en ce moment je vis une période hyper « full »: préparation du départ en NZ avec le chéri, mais aussi déménagement, et je n’étais pas à la maison ces derniers jours mais à Lyon. Alors vous me direz, « la fille déménage ce weekend et elle va se balader à 6 heures de chez elle, normal.« . Retour sur les raisons de cette petite virée lyonnaise en détails.

Dare the impossible!

Certains d’entre-vous connaissent peut-être Gregory Logan, hyper actif (hyperactif ? haha) sur les réseaux et notamment sur LinkedIn. Greg est un auto-entrepreneur suisse plein de vie, un « self made man » comme on aime les appeler, un mec qui vous motive en vous parlant de ses succès, certes, mais SURTOUT de ses échecs. Il arrive à nous faire comprendre que ce n’est pas parce-qu’on foire pas mal de choses dans sa vie qu’on va tout foirer. Qu’on doit oser aller de l’avant dans la vie, s’ouvrir aux autres que ce soit sur le plan perso ou pro, et qu’on a qu’une seule vie qu’il faut vivre à fond, comme on a envie de la vivre !

Je suis Greg sur les réseaux depuis plus de 3 ans, et à chaque post je me prend un shoot de motivation énorme, comme si ça me boostait à un niveau mental, voire même physique (envies soudaines de sortir, bouger, écrire, enfin bref, de m’activer !). Je vous invite fortement à aller voir son profil pro en cliquant ici et à me dire ce que vous en pensez ! Que vous soyez étudiant, chômeur, en poste, rêvant d’ailleurs… Vous ne pourrez qu’être plus inspiré en parcourant sa page 🙂

Après cette petite présentation, venons en à la raison de ma venue à Lyon: la conférence DARE THE IMPOSSIBLE! Il s’agit d’un mouvement, d’une communauté (mais n’y voyez surtout rien de sectaire) regroupant tous genres d’individus, et les conférences ayant lieu dans le monde entier ont pour but de faire se regrouper les gens, d’échanger, de se motiver, de s’inspirer, de s’entraider, de développer son réseau… Que des choses positives !!! La première édition était à Lausanne en Suisse, et là direction Lyon. J’ai eu la chance d’être choisie comme ambassadrice du mouvement avec une dizaine d’autres personnes de tout âges, nous avons donc aidé à communiquer sur l’évènement et à le préparer le jour J.

Au niveau programme, Greg a bien évidemment parlé de sa vie, ses victoires, ses échecs, ses remises en questions, et on peut voir que c’est quelqu’un de très humain qui cherche réellement à créer quelque chose, à aider son prochain à être mieux dans sa peau et à donner le meilleur de lui-même. Ensuite, nous avons eu une superbe intervention de Matthieu Wildhaber, coach en prise de parole (qui aide d’ailleurs Greg et une foule d’autres personnes importantes avant ses évènements), qui nous explique qu’il est hyper important de faire attention lorsque l’on parle (la façon de dire bonjour compte beaucoup par exemple) ainsi que pleins de petites choses auxquelles on ne pense pas forcément. Pour la suite, c’est Alice Boubour qui est intervenue en musique. Chanteuse en production de son premier album, elle est revenue sur son parcours atypique avant de nous interpreter deux chansons. J’en ai eu des frissons, c’était magnifique !!

Nous devions avoir un speaker supplémentaire qui n’a pas pu venir pour des raisons médicales… Mais waaaw, j’ai été bluffée par tant de positivisme et d’espoir de la part de tout le monde, que ce soit les intervenants, la team d’ambassadeurs, mais également les invités ! La soirée s’est terminée sur un apéro-networking où l’on pouvait échanger avec les personnes dont on voulait prendre le contact, une magnifique occasion de réseauter malin ! le bilan de cette conférence est simple et tient en peu de mots: un concept génial, qui m’a aidé à reprendre confiance en moi et à me dire que mes rêves ne sont pas trop grands ou impossibles. Suite à tout ça, je suis hyper motivée, hâte d’être dans l’avion pour la NZ et de pouvoir étudier mes projets pros dont je vous parlerai certainement par la suite… Et vous, vous connaissiez déjà Gregory Logan ? Vous vous intéressez à tout ce qui est développement personnel, conférences pro, réseaux pros ?

Mon visage, ma bataille

Coucou tout le monde !!! Aujourd’hui petit article pour vous parler un peu de mes routines beauté quotidiennes. J’ai la chance d’avoir naturellement une belle peau qui n’est jamais passée par la case acné ou je ne sais quoi (j’avoue, nous ne sommes pas tous égaux sur ce point !), mais je pense que le fait que j’en prenne soin depuis des années joue beaucoup également. Depuis que j’ai 14/15 ans j’utilise des crèmes, masques et gommages afin d’avoir une peau nickel et surtout bien nourrie, et hydratée. Chaque matin et chaque soir j’aime suivre mes petits rituels visage, et il est temps pour moi de vous les dévoiler ! Je précise qu’aucune des marque citées ne m’a payé pour utiliser ses produits ou en dire du bien (je préfère le dire pour que vous sachiez que cet article, comme tous les autres, est 100% sincère et non sponsorisé). C’est parti !!

  1. J’utilise la lotion micellaire Sensibiafine dont je vous parlais dans cet article. Je la passe sur mon visage à l’aide d’un coton doux, et ma peau est prête à recevoir ses soins !
  2. J’applique en ce moment la Crème fraîche de beauté Nuxe que j’ai eue dans un coffret pendant les soldes, mais j’aime également beaucoup la crème au lait d’ânesse So Bio (je fonds pour sa texture fraîche et son odeur hyper cocooning). N’oubliez surtout pas de mettre de la crème sur votre cou, c’est HYPER important car c’est là que les premières rides risquent d’apparaître.
  3. Niveau maquillage, j’essaie d’utiliser des produits naturels même si je ne suis pas encore au point-pas mal de choses à terminer ! J’applique tout d’abord le correcteur Boi-ing de chez Benefit (teinte 1 ou 2 selon la saison) au pinceau, et je n’oublie pas d’en mettre sur mes paupières mobiles qui ont quelques veines apparentes.
  4. J’applique la poudre de teint Touch au ginseng d’Erborian avec la houlette fournie, je trouve que ça donne un teint magnifique ! Je l’ai en teinte universelle.
  5. Je fixe le tout avec une poudre libre Dior.
  6. Je met un peu de bronzer puis du blush de chez Sephora.
  7. J’utilise mon doigt pour mettre un peu d’highlighter de chez Kiko sur l’aile de mon nez, le haut de mes palmettes, sur mon menton, sous mes sourcils et sur l’arc de cupidon (au dessus de la lèvre supérieure).
  8. Je brosse mes sourcils et applique un gel de la marque Beautaniq qui est juste parfait.
  9. Généralement je rajoute juste un rouge à lèvres, mais je peux également compléter avec un mascara Sephora/Benefit, et/ou du crayon noir de chez Nyx en ras de cils inférieurs.
  1. Généralement je me démaquille déjà pendant la douche en utilisant une huile ou une mousse, puis j’enlève ce qu’il reste à l’aide d’eau micellaire sur un coton. Quand je serai en NZ, je vais tester le démaquillage uniquement au gant type Glov, qui pour l’instant marche plutôt bien en utilisation occasionnelle.
  2. J’applique le sérum Galénic dont je parle dans un de mes articles cités plus tôt, ou bien l’huile de camomille de chez KOS. Ces deux là agissent comme une « base », donc j’attends quelques minutes avant la suite.
  3. J’applique ma crème de nuit, depuis quelques années j’oscille entre les deux pots de la marque Polaar. Si vous ne connaissez pas, foncez !
  4. Je termine par un contour des yeux lambda, car je n’ai pas trouvé LA perle rare qui pourrait réduire mes cernes, bien activer ma circulation sanguine etc.

Une à deux fois par semaine, je gomme ma peau avec un gommage doux fait pour le visage (surtout, ne prenez pas celui pour le corps même en moment de déchéance totale, ça pourrait faire énormément de dégâts !!). A la même fréquence j’utilise un masque à laisser poser avant la douche, ou bien carrément toute la nuit (Sampar par exemple, qui en plus d’être sympa à appliquer a une odeur divine de bébé). J’ai eu une crème peeling de nuit de chez Uriage dans une box, je l’utiliserai certainement plus en NZ et je vous en dirai des nouvelles !

Je rappelle qu’une bonne peau, c’est évidemment une peau dont on prend soin avec des crèmes etc… Mais aussi et surtout par l’alimentation ! Il est important de manger équilibré afin que les cellules puissent bien se régénérer, et que votre production de collagène se fasse sans encombre; c’est ce qui donnera de l’élasticité à votre peau et évitera des rides précoces ou d’autres soucis. J’ai travaillé quelques temps pour un laboratoires de cosmétiques de luxe à Rome, et je peux vous dire que les ingrédients dont on vous parle souvent dans les pubs (Q10, collagène et tutti quanti) agissent réellement, il faut juste trouver des produits où leur quantité est assez grande pour faire effet. Pour celles et ceux qui veulent booster leur peau, je leur conseille les ampoules d’agents actifs à appliquer directement sur la peau ou bien mélangés à votre crème de jour/nuit, ou bien les twisters que vous pourrez trouver dans plusieurs marques.

Et vous, quelle est votre routine beauté ? Trouvez-vous cela utile de changer de produit assez souvent ? Quelle est LA marque dont vous ne pourriez pas vous passer pour les produits visage ?